Tél. 04 90 49 36 36

Rempart antique

Présentation
Le rempart antique est l’une des premières réalisations de la nouvelle colonie romaine. Elle aura eu probablement un rôle plus ostentatoire que défensif, marquant de façon imposante l’arrivée

La Porte d'Auguste

dans la cité de la voie Aurélienne, venant de Rome.

La connaissance de son tracé demeure largement hypothétique et lacunaire. C’est dans sa partie est qu’il est le plus facile de l’observer aujourd’hui, notamment de la porte d’Auguste à la tour des Mourgues.

Au nord-ouest, on peut suivre des traces de l’enceinte jusqu’à l’amphithéâtre, et on suppose que, de là, elle rejoignait le Rhône. Du côté méridional, elle devait suivre le sud de l’actuel boulevard des Lices, pour obliquer plein nord et rejoindre le fleuve.

Le rempart antique a subi de nombreuses modifications. Seule une partie a été réutilisée dans l’enceinte resserrée de la cité menacée à la fin de l’Antiquité, ou étendue à la renaissance médiévale pour englober les nouveaux quartiers ou « bourgs ».

Histoire
Elément de prestige majeur de la nouvelle colonie romaine, le rempart augustéen de la fin du Ier siècle avant J.-C. aura bien peu affirmé sa vocation défensive.

Il fut même partiellement

Tracé du rempart à la
fin de l'Antiquité

détruit pour édifier l’amphithéâtre, dès la fin du Ier siècle, ou pour laisser l’accès aux nouveaux quartiers du sud de la ville.

Mais à l’Antiquité tardive, à l’approche des dangers, son périmètre fut réduit et sa construction modifiée et renforcée, avec des remplois de monuments, notamment funéraires. Des éléments sculptés d’un arc de triomphe ont même été retrouvés, au niveau de la montée Vauban.

Arles sera la dernière ville de Gaule, avec Marseille, à tomber aux mains des Wisigoths en 476. Il faudra attendre le XIIIe siècle pour que la ville, alors élargie, soit entièrement ceinte de remparts.

Localisation

Le rempart antique est visible, au moins partiellement, entre le carrefour de la croisière et la place Portagnel, soit au-dessus du boulevard Emile-Combes.

Votre site patrimoine.ville-arles.fr change

Le site Internet du patrimoine

Le site Internet du patrimoine de la ville d'Arles est en phase de rénovation.

Nous nous excusons de la gêne occasionnée et nous vous en présentons une version provisoire. Celle-ci est incomplète, comporte un certain nombre de coquilles et quelques liens non encore activés.

Pour tous compléments d'informations, vous pouvez vous adresser à patrimoine@ville-arles.fr

La base du patrimoine

Accès à la base patrimoine

Il vous est proposé dans ce site un accès direct à notre base du patrimoine.

125 édifices, 10 sites sont décrits au travers des 23 quartiers et hameaux de la commune d'Arles.

Ces descriptions sont complètées par la mise à disposition de plus de 1500 documents.

Les quartiers de la ville :

les Quartiers de l'agglomération

Les quartiers du centre ancien sont les suivants :

- Cité
- L'Hauture
- Méjan
- Roquette
- Cavalerie / Lamartine

Les quartiers de l'agglomération sont les suivants :

- Alyscamps / Bigot
- Barriol / Plan-du-Bourg
- Chabourlet
- Fourchon
- Mouleyrès / Griffeuille
- Trébon / Monplaisir
- Trinquetaille

Les hameaux de la commune :

La commune d'Arles et ses hameaux

Les hameaux de la commune sont les suivants :

- Albaron
- Gageron
- Gimeaux
- Mas-Thibert
- Moulès
- Pont-de-Crau
- Raphèle
- Saliers
- Salin-de-Giraud
- Sambuc
- Villeneuve

Moteur Collections

Présentation

Le moteur Collections est un projet parallèle du ministère de la Culture, recensant plus de 4 millions de documents, dont près de 18.000 sur Arles. Plus de précisions sur la page dédiée

Présentation générale de la ville

Histoire

Arles a une vocation de carrefour. Ce point de rencontre entre une route terrestre reliant l’Italie à l’Espagne et un voie fluviale, le Rhône, n’avait pas échappé aux Grecs qui, dès le VIe siècle av.J.-C., entreprirent de s’implanter en territoire ligure.

César envoya en septembre 46 av. J.-C. les vétérans de la VIe légion qui fondèrent une colonie de droit romain dotée d’un immense territoire. Très vite prospère, la ville s’enrichit de superbes monuments : forum, temples…

Au XIIe siècle sont édifiés la primatiale Saint-Trophime et les bâtiments canoniaux, autour d’un cloître. En plein essor économique et géographique, Arles accueille les pèlerins qui se dirigent vers Saint-Jacques de Compostelle.

La ville connaît au milieu du XVIe siècle, un moment de prospérité où peut s’épanouir une Renaissance toute imprégnée de culture antique. La période de reconstruction des XVIIe et XVIIIe siècles a donné à Arles son image actuelle : l’Hôtel de ville, la plupart des hôtels particuliers, des maisons, bordant les rues du secteur sauvegardé datant de cette époque.

Arles est aussi un lieu d’imaginaire. Par la splendeur des éléments naturels- le Rhône, la lumière, le vent- elle n’a cessé d’attirer des artistes. La ville se tourne aujourd’hui, par ses projets, vers la modernité.