Tél. 04 90 49 36 36

Théâtre antique

Fin du Ier siècle av. J.-C.
Présentation
Précédant d’un siècle son illustre voisin l’amphithéâtre, le théâtre romain d’Arles est aujourd’hui beaucoup moins bien conservé.

Vue générale du théâtre antique



Construit à la fin du Ier siècle avant J.-C., il date de la première phase d’urbanisation de la colonie romaine fondée par César en –46.

Edifié sur la colline de l’Hauture, il s’inscrit dans le quadrillage romain, sur le décumanus(voie est-ouest).

Fortifié au Moyen Âge et gagné par des constructions parasites - ses propres matériaux ayant souvent été réemployés dans des édifices voisins - on perd jusqu’à la connaissance de la fonction initiale du monument.

Celle-ci est redécouverte à la fin du XVIIe siècle et confirmée les siècles suivants par les nombreuses pièces archéologiques exhumées de son sol, dont la fameuse « Vénus d’Arles ».

Ce n’est qu’au XIXe siècle que le site fut entièrement dégagé.

Seuls subsistent quelques gradins, l’orchestre, la fosse du rideau de scène et deux hautes colonnes de marbre coiffée d’un fragment d’entablement.

Le théâtre a néanmoins retrouvé, surtout l’été, sa vocation de lieu de spectacles.

Histoire
Vers la fin des années 40 av. J.-C., peu après la fondation de la colonie romaine, un programme monumental est mis en chantier, portant sur l'aménagement de vastes espaces publics et la construction

Cour du couvent de la Miséricorde
à la fin du XVIIIe siècle

des trois édifices majeurs : le forum, l'arc du Rhône et le théâtre, ce dernier dominant la colline de l'Hauture.

La rigueur d’un tel plan d’urbanisation et l'ambition qu'elle exprime incite à penser que la conception et la maîtrise en émanent du plus haut niveau de l'Etat.

Le théâtre fut achevé vers l’an 12 av. J.-C. Il servi longtemps à de nombreux spectacles, tragédies, comédies, mimes et pantomimes, auxquels le public assistait gratuitement.

Les péripéties de la destruction du monument demeurent mal connues.

Sa partie méridionale (coté jardin d'Eté) a du être fortifiée dès le Ve siècle, ce à quoi l'on doit la "tour de Roland" intégrée à l'enceinte, et seul témoignage de l'élévation initiale de l'édifice.

Son pillage pendant des siècles pour alimenter des chantiers voisins en matériaux finit par en faire même oublier la fonction antique qui ne fut redécouverte qu'à la fin du XVIIe siècle.

Divers occupants s'y succédèrent, notamment le collège des Jésuites, un couvent des sœurs de la Miséricorde et un des premiers musées publics d'archéologie en plein air.

Lors des fouilles commencées en 1828 plusieurs pièces furent découvertes. Elles sont visibles au musée départemental Arles antique.

Le dégagement du site durera la plus grande partie du XIXe siècle.

Localisation

Le théâtre antique se situe entre l’amphithéâtre et le jardin d’été, en bordure sud-ouest du quartier de l’Hauture.

Descriptif
Le théâtre romain d’Arles mesure 102 m de diamètre.

Ses 33 gradins, dont une grande partie a aujourd’hui disparue, s’appuyaient sur une enceinte extérieure composée de trois étages

Maquette restituée du théâtre antique

d’arcades.

Cet édifice pouvait accueillir 10 000 spectateurs.

L’orchestra se trouve séparé de la cavea par un mur, le balteus , en avant duquel, un espace large de 1m20 était réservé aux sièges mobiles des notables de la colonie.

Le mur du pulpitum marquait la séparation entre l’orchestra et l’ensemble scénique. Il était orné de niches décorées, notamment par l’autel d’Apollon trouvé en 1828.

En bien autres endroits du site furent mis au jour les vestiges de cette somptueuse ornementation. Deux escaliers mettaient l’orchestre en communication avec la scène.

Les fouilles et les études scientifiques ont permis de retrouver les dispositions essentielles de celle-ci.

Profonde d’environ 6 mètres, la scène était bordée de vastes parascenia (coulisses). Le mur de scène était très décoré.

Il comportait trois étages de colonnes et une importante statuaire, dont la statue colossale d’Auguste, qui est conservée actuellement au musée départemental Arles antique. La fameuse statue de la « Vénus d’Arles » est conservée au Louvre.

Au milieu du mur se trouvait la porte royale que bordaient de chaque côté deux colonnes ; celles d’un seul côté se voit aujourd’hui en place.

L’enceinte extérieure du théâtre comportait 27 arcades appuyées sur de forts piliers. Cette façade avait trois étages qui ne se sont conservés qu’au sud, inclus dans la tour de Roland, édifiée au début du Moyen Âge.

Restauration
En 1822, le baron de Chartrouse, maire de l'époque, décide d'entreprendre une vaste campagne de fouilles et de réhabilitation au théâtre antique et à l'amphithéâtre.

Une commission archéologique

Le théâtre antique dégagé au XIXe siècle

composée d'érudits et de spécialistes est créée pour s'occuper de l'expropriation des maisons qui recouvrent les sites, et pour entreprendre les fouilles.

Les fouilles commencent la même année. Elles continueront, avec de nombreuses périodes d'interruption (mauvais temps, priorité accordée à la restauration de l'amphithéâtre), jusqu'à la fin du XIXe :

- 1823 : découverte de l'autel d'Apollon et de la tête d'Aphrodite
- 1827 : on commence à démolir des maisons construites sur le site
- 1828 : découverte d'un autel votif, d'une statue de Silène et d'une danseuse
- 1833 : début de dégagement du monument en commençant par le jardin, les bâtiments du couvent de la Miséricorde et les maisons sur la rue ; découverte de la tête colossale d'Auguste
- 1840 : le théâtre est porté sur la liste de classement des Monuments historiques. On décide de consolider les deux colonnes.
- 1845 : travaux de démolition de l’hôtel de Boche menés par les architectes Questel et Révoil. La scène est dégagée.
- 1856 : 30 000 F sont alloués par l'état pour acheter les dernières maisons qui encombrent encore le théâtre.
- 1860 : toujours par les mêmes architectes, l’ensemble du théâtre est dégagé et les fouilles sont presque complètement achevées.
- 1900 : Jules Formigé restaure les gradins du théâtre.

Fin 2005 commence une grande campagne de restauration dans le cadre du Plan Patrimoine Antique. Elle s'achève en 2009.

Evenement

Fête du costume dans le théâtre antique

Aujourd'hui, outre les visites par le public, le théâtre a retrouvé sa fonction initiale de lieu de spectacles.

Il accueille diverses manifestations traditionnelles, représentations, festivals,… dont les rendez-vous principaux sont :

-fêtes d'Arles et du costume (fin juin-début juillet)

-Rencontres Internationales de la Photographie (début juillet)

-festival des Suds (deuxième semaine de juillet)

-festival du film péplum (fin août)

Visite
Edifice ouvert au public.

Consulter les horaires et tarifs ?

Votre site patrimoine.ville-arles.fr change

Le site Internet du patrimoine

Le site Internet du patrimoine de la ville d'Arles est en phase de rénovation.

Nous nous excusons de la gêne occasionnée et nous vous en présentons une version provisoire. Celle-ci est incomplète, comporte un certain nombre de coquilles et quelques liens non encore activés.

Pour tous compléments d'informations, vous pouvez vous adresser à patrimoine@ville-arles.fr

La base du patrimoine

Accès à la base patrimoine

Il vous est proposé dans ce site un accès direct à notre base du patrimoine.

125 édifices, 10 sites sont décrits au travers des 23 quartiers et hameaux de la commune d'Arles.

Ces descriptions sont complètées par la mise à disposition de plus de 1500 documents.

Les quartiers de la ville :

les Quartiers de l'agglomération

Les quartiers du centre ancien sont les suivants :

- Cité
- L'Hauture
- Méjan
- Roquette
- Cavalerie / Lamartine

Les quartiers de l'agglomération sont les suivants :

- Alyscamps / Bigot
- Barriol / Plan-du-Bourg
- Chabourlet
- Fourchon
- Mouleyrès / Griffeuille
- Trébon / Monplaisir
- Trinquetaille

Les hameaux de la commune :

La commune d'Arles et ses hameaux

Les hameaux de la commune sont les suivants :

- Albaron
- Gageron
- Gimeaux
- Mas-Thibert
- Moulès
- Pont-de-Crau
- Raphèle
- Saliers
- Salin-de-Giraud
- Sambuc
- Villeneuve

Moteur Collections

Présentation

Le moteur Collections est un projet parallèle du ministère de la Culture, recensant plus de 4 millions de documents, dont près de 18.000 sur Arles. Plus de précisions sur la page dédiée

Présentation générale de la ville

Histoire

Arles a une vocation de carrefour. Ce point de rencontre entre une route terrestre reliant l’Italie à l’Espagne et un voie fluviale, le Rhône, n’avait pas échappé aux Grecs qui, dès le VIe siècle av.J.-C., entreprirent de s’implanter en territoire ligure.

César envoya en septembre 46 av. J.-C. les vétérans de la VIe légion qui fondèrent une colonie de droit romain dotée d’un immense territoire. Très vite prospère, la ville s’enrichit de superbes monuments : forum, temples…

Au XIIe siècle sont édifiés la primatiale Saint-Trophime et les bâtiments canoniaux, autour d’un cloître. En plein essor économique et géographique, Arles accueille les pèlerins qui se dirigent vers Saint-Jacques de Compostelle.

La ville connaît au milieu du XVIe siècle, un moment de prospérité où peut s’épanouir une Renaissance toute imprégnée de culture antique. La période de reconstruction des XVIIe et XVIIIe siècles a donné à Arles son image actuelle : l’Hôtel de ville, la plupart des hôtels particuliers, des maisons, bordant les rues du secteur sauvegardé datant de cette époque.

Arles est aussi un lieu d’imaginaire. Par la splendeur des éléments naturels- le Rhône, la lumière, le vent- elle n’a cessé d’attirer des artistes. La ville se tourne aujourd’hui, par ses projets, vers la modernité.

Jeux éducatifs :

Drôle de Labyrinthe à l'amphithéâtre :

Téléchargez le jeu (5,9 Mo -PDF)

Trouve moi si tu peux au théâtre antique :

Téléchargez le jeu (8 Mo -PDF)